Comparateur de banques

Ce tableau comparatif compare les principales banques en ligne en France selon critères d’offres (compte courant, livret bancaire, bourse, assurance vie et prêts). Le référencement des banques en ligne est non exhaustif.

Boursorama Hello Bank BNP ing direct
 OFFRE 80 euros 80 euros  1 an de gratuité  80 euros
 CARTE BANCAIRE  Visa  Visa  Visa  Master Card
 VERSEMENT INITIAL  300 euros  300 euros  300 euros  0 euros
 COUT ANNUEL  0 euros  0 euros  0 euros  0 euros
 GRATUITE  Oui  Oui  Oui  Oui
bouton bouton bouton bouton

Le Plan Epargne Logement

Comment fonctionne t-il ? Le principe est plutôt simple. L’épargnant va épargner au minimum pendant quatre ans dans la vue d’acheter un logement / résidence principale. Plus l’épargne est grosse, plus les droits aux prêts seront intéressants.

A savoir : 

Le PEL peut servir au financement

  • de l’acquisition, de la construction ou des travaux de votre résidence principale mais aussi celle de vos enfants
  • de l’acquisition ou de la construction d’une résidence secondaire neuve
  • d’un local à usage professionnel (local commercial par exemple) à condition que votre résidence principale en fasse partie

Il y a donc deux phases pour mené à bien un plan épargne logement

  1. La phase d’épargne
  2. La conclusion qui débouche sur un prêt épargne logement avec un taux qui aura été déterminé lors de l’ouverture du compte épargne logement.

Les caractéristiques du PEL :

Tout d’abord, il est bon de préciser que tous les établissements bancaires ne sont pas habilités à proposer des PEL à leurs clients. Mais cela n’est pas très grave, tant le mécanisme est parfois complexe à comprendre. Et, même si la rémunération reste supérieure aux livrets libres bancaires, la complexité et les contraintes liées au PEL font qu’il ne se révèle pas forcément des plus intéressants.

Pour commencer, un PEL doit s’inscrire dans une période minimale de 4 ans pour que son souscripteur puisse bénéficier des avantages en découlant. Si toutefois il devait casser son PEL à cause d’un besoin urgent de liquidités, alors il encourrait des pénalités (sic). Rien que sur ce premier point, il est difficile de parler ici d’épargne, puisque l’argent est bloqué et inutilisable par le souscripteur (sauf à régler des pénalités) pendant 4 années.

Mais ce n’est pas tout, le dépôt initial à l’ouverture d’un Plan Epargne Logement doit être de 225 € minimum. Puis, chaque année, le versement annuel ne peut descendre sous les 540 €, sous peine de quoi le plan est bloqué, et plus aucun versement ne devient possible.

Le gros avantage, par contre, c’est que le plafond du PEL est de 61 200 € (hors capitalisation des intérêts), pour un taux de rémunération bien supérieur au livret A. Malgré tout, au 1er février 2015, ce taux est tombé de 2,50 à 2 % bruts. Oui, on parle bien de taux brut, puisqu’ici, et contrairement à la famille livrets réglementés, l’épargne est fiscalisée. Une fois les prélèvements sociaux annuels effectués, le taux net devient de 1,69 %.

Les intérêts sur la rémunération sont calculés soit au jour le jour, soit à la quinzaine, selon le mode choisi par l’établissement bancaire.

S’il existe une durée minimale de souscription, la durée maximale n’a été imposée qu’en mars 2011. Depuis cette date, tout PEL qui dure plus de 15 ans se transforme automatiquement en livret. La question est : quel livret ? Puisqu’il semble que tous les plafonds des livrets réglementés connus seront explosés, compte tenu du plafond largement supérieur du PEL… Pour les PEL souscrits avant mars 2011, il n’y a toujours pas de date de péremption.

Concernant les versements, et même si le plafond n’est pas atteint, les versements sont impossibles après la dixième année. Et bien entendu, une personne physique ne peut bénéficier que d’un seul PEL

Quelques caractéristiques listées :

  • Le versement minimum pour ouvrir un plan épargne logement est de 225 €.
  • Il faut épargner un minimum annuel de 540€. Cette somme peut être répartie en 45 x 12 mois / 135 x 4 trimestre ou 270 x 2 semestre.
  • Le total des versements ne doit pas dépasser 61 200 €.
  • Durée minimum de quatre ans
  • Prêt maximal de 92 000 euros
  • Une prime d’Etat peut vous être versée à hauteur de 2/5 des intérêts acquis dans la limite de 1 525€. Cette prime peut être versée
  • – lors du retrait des fonds / sans même qu’il y ai besoin de la contraction d’un prêt pour les plans ouverts avant le 11 décembre 2002
  • – lors de la contraction du prêt / pour ceux qui ont été ouverts après le 12 décembre 2002. (dans ce cas, la prime sera de 2/5 des intérêts)

L’objet du PEL

Mais voyons dorénavant pourquoi le PEL existe. Quel est l’objet d’un placement d’épargne sur un plan tel que celui-ci ?

Le principe du PEL, c’est qu’il ouvre des droits à un prêt épargne logement en cas d’acquisition immobilière. Attention, seulement au titre de la résidence principale du souscripteur ou de sa famille directe. Donc, dans le cas où le souscripteur attendrait 4 années après l’ouverture de son PEL pour acheter sa résidence principale, il aura droit à deux choses : un bonus de taux de la part de l’état sur son épargne et un prêt épargne logement à taux plus ou moins bonifié.

  • Concernant la prime de taux délivrée par l’état, elle se trouve être de 1%, mais ne peut être acquise qu’en cas de réalisation de prêt épargne logement. Et ceci ne concerne que les PEL ouverts après décembre 2002. Mais depuis mars 2011, la prime de 1% est plafonnée à 1 000 €, voire 1 525 € si toutefois le logement acquis respecte les normes de développement durable…
  • Le deuxième point concerne le taux du prêt épargne logement. Concernant ce prêt, il faut savoir que sa durée et le montant alloué sont calculés en fonction de l’effort d’épargne réalisé pendant les 4 ans minimum de versements sur le plan. Autrement dit, plus un titulaire possède d’argent, et plus il s’en verra confier à taux bonifié en retour, dans la limite du plafond imposé de 92 000 €. Le taux du prêt, lui, est connu par le titulaire du PEL dès le départ. Il est fixé à l’ouverture, en fonction du taux de rémunération brute hors prime du moment

Avantages et inconvénients

Dans les faits, le Plan épargne logement fonctionne un peu comme une tontine. C’est-à-dire que les dépôts des épargnants servent à financer les prêts épargne logement. Ce qui pourrait poser un grave problème parce que le montant prêté est toujours supérieur à celui déposé. Mais heureusement le système comporte une faille. Et c’est qui le sauve, en quelques sortes. En effet, en période de taux à la baisse, les taux proposés par les banques sont plus bas que ceux, même bonifiés, des prêts épargne logement. Il n’est donc pas intéressant de faire appel au prêt car il se révèlerait plus coûteux que le prêt bancaire…

Dès lors, on peut se poser une question : quel est l’intérêt de se forcer à déposer plus de 500 € par an, pour voir son argent bloqué pendant 4 ans sans pouvoir bénéficier du prêt attenant parce que trop cher ? Et, même si le taux du prêt épargne logement était légèrement inférieur au taux bancaire, l’opération ne se révèlerait de toute façon pas rentable non plus du simple fait du lissage des prêts. Donc, on bloque ses liquidités pendant 4 ans, dans l’espoir de toucher une prime d’état, qui se trouve être plafonnée à 1 000 €, et que l’on ne touchera pas parce que le prêt ne sera pas intéressant à faire…

Néanmoins, dans une période de montée des taux, ce prêt peut être très intéressant. Moralité, il était inutile de faire un PEL dans les 12 dernières années, les taux n’ayant cessé de baisser. Par contre, maintenant qu’ils sont au plus bas, et dans une perspective de rééquilibrage économique qui verrait normalement les taux remonter pour suivre une inflation maîtrisée souhaitée par les économistes, un PEL ouvert aujourd’hui pourrait s’avérer bénéfique dans 4 ans ou plus… Le problème, c’est que si tout le monde procède de la sorte, alors il n’y aura pas assez d’argent dans les caisses de la tontine pour financer tous les prêts épargne logement… On rentrerait dans un système finalement assez équivalent de celui mis en place par le très célèbre Bernard Madoff.

Pour calculer son taux d’emprunt, rien de plus simple. Il suffit d’ajouter 1,2 % au taux de rémunération brute hors prime d’état du PEL pour tous les PEL ouverts depuis le 31 janvier 2015. Pour tous les autres, c’est 1,7 % qu’il faut rajouter. En cas de souscription d’un PEL aujourd’hui, le taux du prêt épargne logement dans 4 ans serait donc de 2 + 1,2 = 3,2 %. Reste à savoir à combien seront les taux bancaires dans 4 ans…

Faut t-il être majeur pour ouvrir un plan épargne logement ?

Pour ouvrir un PEL, pas besoin d’avoir 18 ans. Vous pouvez aussi être étranger et il est possible de céder vos intérêts acquis à un membre de votre famille si lui-même possède un plan ou un compte. Pour cela, l’âge de votre plan doit être au minimum de trois ans ou alors votre compte doit être ouvert depuis plus d’un an.

Quel est la durée maximale du PEL ?

Les PEL ouverts avant le 28 février 2011 n’ont pas de durée limite.

Les nouveaux PEL ouverts après le 1 Mars 2011 ont une durée maximum limitée à 15 ans. Au délà, le plan est alors transformé en livret. Les versement sont possibles jusqu’à sa 10ème année et bien sûr, dans la limite du plafond.

Que se passe t-il si je casse mon PEL ?

Vous pouvez casser votre PEL à tout moment. Ceci dit il faut savoir qu’en épargnant un plan épargne logement, l’argent épargné n’est normalement pas disponible car si il vous venait de le casser et de retirer de l’argent avant la fin du plan … vous perdrez vos avantages.

Voyons ci dessous ce que les retraits peuvent entrainer :

  • Avant la deuxième année => résiliation du plan + perte du droit à prime d’Etat et du droit à prêt. Les intérêts sont alors recalculés aux taux du CEL (compte épargne logement)
  • Entre la seconde et la troisième année => résiliation du plan + perte du droit à prime d’Etat et du droit à prêt + en revanche, les intérêts du PEL sont conservés.
  • Entre la troisième et la quatrième année => les intérêts restent au taux du PEL, les droits à prime d’Etat sont réduits de 50% mais les droits à prêt restent intactes.

Le Livret de Développement Durable

Tout comme le livret A, le livret développement durable est un dispositif d’épargne réglementé par l’état Français. Son taux de rémunération est d’ailleurs entièrement calqué sur celui du livret A et il obéit aux mêmes règle d’éligibilité que ce dernier. Mis en place en 1983 sous le patronyme de Codevi (pour compte de développement industriel), il a vu son nom et sa destination changés en octobre 2006 sous le gouvernement De Villepin. De même que pour le livret A, tous les établissements bancaires sont à même de proposer un LDD à leurs clients. Les fonds versés sur ce livret représentent à fin avril 2014 plus de 100 Milliards d’Euros.

Caractéristiques du LDD

Créé en 1983 donc, le Codevi a pu directement être distribué par toutes les banques, contrairement au livret A qui a du attendre très longtemps avant de voir le monopole des caisses d’épargne et des bureaux de poste s’effacer.

Le fait que la France se soit désindustrialisée doucement a rendu le Codevi quasi obsolète. C’est donc tout naturellement que ce dernier a subi une évolution et s’est vu transformé pour financer les équipements d’économies d’énergie et d’énergies renouvelables à destination des particuliers. De fait, quelques mois plus tard, il est devenu livret développement durable.

Dans son histoire pourtant courte, le plafond du Codevi, puis LDD a été relevé à plusieurs reprises, passant de 4 600 € à 6 000 € en 2006, puis à 12 000 € en août 2012. Il est totalement défiscalisé et rapporte aujourd’hui la même chose que le livret A, à savoir 0,75 %. La méthode de fixation du taux tous les semestres est la même que celle utilisée pour le livret A.

Comme pour son grand frère, les dépôts et retraits sont libres dans la limite du plafond. Le minimum de dépôt et de retrait est de 10 €. De même, il est interdit de posséder plusieurs LDD et la seule obligation pour y souscrire consiste à avoir son domicile fiscal en France.

Comme on peut donc le constater, le LDD est une copie conforme du livret A, à la différence près du plafond de dépôt, plus bas. Toutes les banques en ligne, de la NetAgence à BforBank, en passant par e.LCL, Hello Bank, Monabanq, Boursorama, Fortuneo et ING Direct, le proposent.

Pour certaines de ces banques, d’autres livrets, dits libres, sont également soumis aux clients. Nous verrons sur la page dédiée à ces produits comment ils sont régis (voir autres livrets), et quels sont leurs avantages par rapport aux livrets réglementés. Pour les mineurs, il est plutôt conseillé de souscrire un livret jeune (12-25 ans), voire, dans certains établissements comme le e.LCL, un livret Zébulon (moins de 12 ans). Mais nous revenons également en détail sur le livret jeune sur la page spéciale écrite à cet effet.

Livret A

Il s’agit d’un livret réglementé par l’état. Ce qui signifie qu’aucune banque ne peut décider de quoi que ce soit le concernant. Les plafonds de dépôt et le taux de rémunération sont fixés par les gouvernements successifs. En l’occurrence, le plafond est de 22 950 Euros et le taux actuel de 0,75 %.

Concernant sa rémunération justement, elle est fixée selon une formule mathématique depuis 2004 et le gouvernement Raffarin. Le but était d’éviter de soumettre les corrections semestrielles du livret A aux uniques interventions des politiques en place. De fait, un barème est né en 2004 et s’est vu corrigé en 2008.

Depuis lors, le calcul est le suivant :

Deux calculs sont effectués. Le premier prend en compte la moyenne mensuelle de l’Euribor 3 mois qui précède la révision du taux du livret A (soit décembre et juin), ainsi que la moyenne mensuelle de l’Eonia (taux de référence du marché monétaire de l’Euro). Ces deux chiffres sont pondérés et additionnés entre eux, puis, leur est ajouté la prise en compte de l’inflation sur les douze derniers mois. Une moyenne arithmétique est calculée sur la base de ces éléments.

Le deuxième calcul est plus simple. Il s’agit de l’inflation majorée de 0,25 %.

Le chiffre le plus élevé entre ces deux résultats est arrondi au quart de point le plus proche et devient le taux du livret A. Néanmoins, il est arrivé à différentes reprises depuis la mise en application de ces méthodes de calcul que les gouvernements en place en décident autrement, en ajustant le taux à la hausse comme à la baisse…

Depuis le 1er août 2015, le taux de rémunération du livret A est de 0,75%. Il n’a jamais été aussi bas depuis sa création en 1818. Son plus haut historique date d’octobre 1981. Mais on se rappelle que l’inflation à ce moment là dépassait les 10 %.

Les intérêts du livret A sont calculés par quinzaines. Si l’on doit retirer une somme de son livret, mieux vaut alors attendre le 1er ou le 16 du mois si l’on souhaite ne pas perdre les intérêts de la quinzaine en cours.

Prêt immobilier

Les crédits immobiliers existent sous diverses formes. On notera trois différences majeures dans l’intitulé des prêts ; les prêts aidés (type prêt à taux zéro ou prêt 1% patronal par exemple), les prêts conventionnés (type PAS ou PC) et les prêts libres. Ces derniers peuvent jouer sur le type de taux (fixe, variable, révisable) et la durée et les établissements bancaires peuvent être amenés à demander des compensations à l’octroi d’un prêt (domiciliation des revenus, souscription d’une assurance habitation, …).

Bien entendu, les banques, quelles qu’elles soient, ne peuvent jouer que sur les prêts libres. C’est donc seulement ce type d’emprunt que nous évoquerons lors de notre tour des crédits immobiliers sur les banques en ligne.

Et, pour commencer, éliminons déjà celles qui ne pratiquent pas de prêt immobilier (ou du moins pas encore). En effet, Fortuneo et BforBank, sans doute parce que plus engagées sur le plan de l’épargne et du placement financier pour une clientèle de jeunes cadres, ne se sont pas encore placées sur le segment du crédit. Compte tenu des maisons mères de ces deux établissements (respectivement le Crédit Mutuel Arkéa et le Crédit Agricole), il y a fort à parier que ce vide sera comblé d’ici peu. D’autant que les autres banques en ligne s’y sont mises récemment pour la plupart.

Puis, reprenons les offres des autres établissements : Monabanq (Groupe Crédit Mutuel France), Hello Bank et la NetAgence (Groupe BNP Paribas), e.LCL (Groupe Crédit Agricole via le LCL), Boursorama (Groupe Société Générale) et ING Direct (Groupe ING).

Nous distinguerons deux cas bien précis ; les deux banques en ligne de troisième génération d’un côté (NetAgence et e.LCL) et les autres établissements. En effet, les deux premières banques sont des émanations en ligne du réseau d’agences physiques de la banque mère. En simple, elles proposent exactement les mêmes produits que les agences physiques, s’appuyant intégralement sur la même gamme. Il n’y a donc pas de comparaisons possibles entre ces deux établissements et les autres banques en ligne, qui proposent bien souvent un produit unique.

De plus, il est très difficile d’obtenir des renseignements précis de taux et autres conditions sans avoir ouvert un compte au préalable dans la banque en question. C’est le cas, par exemple, de la NetAgence, qui invite le visiteur à ouvrir un compte et à faire une demande de prêt pour connaître les informations relatives au prêt en question. Néanmoins, on peut noter que la banque en ligne offre 50 % des frais de dossier et inclus toutes les composantes liées à un emprunt immobilier dans son offre. En fin de compte, il s’agit des produits BNP Paribas, avec une remise pour l’avoir souscrit en ligne…

Pour rester dans le même groupe, Hello Bank affiche un peu plus d’informations sur sa page relative au crédit immobilier. La banque en ligne spécifie que l’établissement prêteur est bien la BNP Paribas, et donne quelques indications plus bas. Prêt immobilier amortissable en taux fixe ou révisable, pour une durée comprise entre 2 et 30 ans, assuré par la filiale Cardif-Assurances et ayant pour objet une acquisition ou de gros travaux de rénovation. Les frais de dossier sont de 250 €, voire 350 € lorsqu’il s’agit d’une soulte ou du financement d’un bien acquis par une SCI. Pour le reste, rien de neuf sous les étoiles du logo de la BNP Paribas. Pénalités appliquées en cas de remboursement anticipé. Souplesse dans le remboursement du crédit à partir du 24ème mois. Le détail est ici : https://www.hellobank.fr/fr/loffre/pret-immobilier.

Prêt auto-moto

Un prêt auto (ou moto) est un prêt spécifiquement relié à l’achat d’un véhicule à moteur. C’est-à-dire qu’il faut obligatoirement que l’argent débloqué serve à acheter le dit véhicule. Voilà pourquoi, même s’il est toujours possible de faire un prêt personnel pour acquérir une voiture, il est impossible d’affecter la somme dédiée à ce type de prêt à autre chose qu’à un véhicule. Dans la pratique, il est même indispensable de montrer patte blanche… Ou plutôt, carte grise avant le déblocage des fonds.

Parmi les établissements bancaires en ligne, seuls trois d’entre eux proposent spécifiquement ce type de produit : e.LCL, la NetAgence et Monabanq.

Pour les autres, soit rien n’est prévu, soit il faut avoir recours au prêt autres projets ou au prêt personnel.

Pour le e.LCL, la chose est assez simple. Comme la NetAgence, lee.LCL bénéficie des produits bancaires de sa société mère. La gamme étant complète au LCL comme à la BNP Paribas, les conditions seront les mêmes, avec, peut-être, un léger avantage sur les frais de dossier, souscription en ligne oblige. Quoique rien ne soit mentionné sur ce fait.

La NetAgence propose donc au visiteur de son site d’ouvrir un compte en ligne afin de connaître les conditions d’octroi de son prêt auto.

Le e.LCL va plus loin, et propose un prêt auto pouvant durer 7 ans, et pour une somme comprise entre 3 000 et 60 000 €. Les détails de cette souscription sont visibles ici : https://e.lcl.fr/prets/prets-personnels/solution-conso-auto/. Etr la banque en ligne ne s’arrête pas là, puisqu’elle propose un deuxième prêt pour l’acquisition de tout autre véhicule qu’une automobile. Le prêt se nomme d’ailleurs prêt autres véhicules. Grâce à ce prêt, on peut acquérir une moto, un bateau ou un camping-car presque aux mêmes conditions que pour l’auto. La différence se joue à un léger détail. Si l’enveloppe maximale est équivalente, c’est la durée qui réduit de 7 à 6 ans. Dès lors, on se pose une question de logique. On peut comprendre qu’une moto coûte moins cher qu’une voiture et qu’il n’y ait pas forcément besoin d’autant de temps pour rembourser l’acquisition. Quoique… Ce qui est plus illogique, c’est de constater que nous aurons moins de temps pour rembourser un camping-car, pourtant bien plus coûteux à l’achat, en moyenne… De fait, n’aurait-il pas été plus cohérent de grouper le prêt auto et moto, et de créer un prêt autres véhicules avec une durée plus longue (9 ou 10 ans) ? Quoiqu’il en soit, le e.LCL reste la seule banque à faire la distinction.

Pour Monabanq, les choses sont plus simples ; un prêt auto-moto, jusqu’à 30 000 € et 72 mois. Pour le reste des conditions, c’est par ici : https://www.monabanq.com/fr/produits-bancaires-services/credits/credit-auto-moto-avantages.html.

Chez Hello Bank, on ne peut pas vraiment parler de prêt auto et/ou moto. En effet, la banque en ligne a opté pour une autre formule ; la mise en place d’un seul prêt à la consommation. Avec une durée pouvant aller jusqu’à 108 mois (9 ans) et un plafond de 75 000 €, le prêt laisse libre cours à toutes les affectations. Il est donc possible d’acheter un camping-car, une voiture ou de faire quelques menus travaux dans la maison. De surcroît, les frais de dossier sont offerts. Cela ressemble à la meilleure option trouvée jusqu’à présent. Une solution simple, à faible coût et pas restrictive quant à la destination des fonds. Pour consulter l’offre, c’est ici : https://www.hellobank.fr/fr/loffre/credit-consommation.

Même réflexion chez Boursorama, qui propose un prêt personnel sur 60 mois pouvant accueillir tous les projets ; travaux, auto/moto, consommation. Seul hic, si le montant maximum n’est pas précisé, la durée, elle, peut se révéler un peu limitée. A voir ici : http://www.boursorama.com/banque-en-ligne/credits/personnel/?origine=456.

En ce qui concerne les trois autres établissements (Fortuneo, BforBank et ING Direct), il n’existe pas de lignes de prêt auto, moto ou même conso.

Comment ouvrir un compte en ligne ?

Avoir un compte bancaire en ligne est devenu indispensable de nos jours pour réaliser un virement, payer par carte bancaire ou par chèque et également recevoir son salaire. Aujourd’hui, ce qu’il y a de plus difficile c’est de choisir sa banque en ligne. En effet, chaque établissement possède ses propres atouts et par là on entend les avantages liés à l’ouverture d’un compte bancaire en ligne et aux services proposés par les banques ! Découvrons ensemble de quoi il s’agit et comment ouvrir un compte en ligne facilement et rapidement.

Les avantages liés aux banques en ligne

Les avantages que propose chaque banque en ligne sont nombreux et font parler d’elles sur internet et à la télévision. Généralement, dès l’ouverture d’un compte en ligne, vous pourrez profiter :

  • de 30€ à 80 € Offerts
  • d’une carte bancaire gratuite
  • d’un accès à des services supplémentaires gratuits

Les avantages sont plus ou moins les mêmes, mais là où la différence se fait, c’est bien entendu sur les services que proposent chaque banque. Il faut donc prendre le temps de regarder du côté des assurances liées aux cartes, des services de consultations et de gestion des comptes sur internet, des frais et du service client. Le meilleur moyen de faire est de se rendre notre comparatif et de regarder quelle banque est la plus susceptible de vous intéresser.

Ouvrir un compte bancaire en ligne

banques-en-ligne-1.png

Avant même d’expliquer la procédure pour ouvrir un compte il faut tout d’abord que vous vous munissiez de certains documents obligatoires car légalement une banque doit vérifier quelques informations sur le futur titulaire d’un compte.

Les documents nécessaires

Pour commencer il vous faudra un justificatif d’identité (carte d’identité, passeport ou carte de séjour feront l’affaire) et un justificatif de domicile (facture d’électricité, d’eau, de téléphone fixe, contrat de location ou bail) qui doivent être en cours de validité. Cependant les banques peuvent également demander d’autres documents comme un avis d’imposition, un bulletin de salaire, un RIB et un chèque d’un montant minimum. Il n’y a pas tous les établissements qui les demandent mais si elles en ont besoin et que vous refusez de les leur donner alors l’ouverture de votre compte ne pourra pas se faire. Pour finir, une signature vous sera demandé afin de signer le contrat d’ouverture de compte et de témoigner de votre engagement.

Dernière étape : l’ouverture

L’ouverture de compte en ligne est vraiment très facile puisqu’il suffit simplement de compléter un formulaire en ligne et de fournir tous les documents listés ci-dessus. Après que votre ouverture ait été acceptée il vous faudra déposer un montant de quelques dizaines d’euros allant jusqu’à un salaire mensuel pour valider définitivement votre compte. Pour finir, n’oubliez pas que vous devrez réaliser votre changement de banque auprès des sociétés qui auront besoin d’utiliser vos coordonnées bancaires comme par exemple votre opérateur

de téléphone, afin de permettre les prélèvements.

Conditions pour ouvrir un compte bancaire en ligne

La législation française permet à toute personne qui réside sur le territoire de posséder un compte bancaire à condition d’être majeur ou mineur émancipé. Il est tout de même possible d’avoir un compte bancaire en étant majeur sous tutelle à condition d’avoir l’accord et la présence du tuteur (ou du responsable légal) en agence. A cela s’ajoute le fait que vous ne devez pas être interdit bancaire. Selon la banque vous devrez également justifier de revenus minimums.

Comment choisir son prêt à la consommation ?

Le prêt personnel c’est quoi ?

C’est un crédit à la consommation accordé sans justification particulière. Les modalités du prêt sont définies à la signature du contrat. Comme pour tout type de crédit « conso », il dispose d’un plafond de 21 500 € et d’une durée de trois ans maximum.

Les démarches à suivre pour ouvrir un crédit perso

Il vous sera demandé :

  • Une pièce d’identité
  • Un RIB
  • Un justificatif de domicile récent
  • Une photocopie de vos derniers bulletins de salaire

D’autres crédits à la consommation

On distingue, le crédit affecté et le crédit renouvelable. Contrairement au prêt personnel, le crédit affecté désigne les prêts attachés à l’acquisition d’un bien. Le crédit renouvelable, constitue une somme d’argent mise à disposition du client, qui est reconductible et permanente. Le remboursement ne débute qu’après l’utilisation du prêt.

Les composantes du prêt personnel

L’apport : le client peut investir directement une somme d’argent dans son projet, qui lui permettra de réduire le montant de ses remboursements.

L’assurance : pas obligatoire, une souscription est cependant fortement conseillée. Le client devra analyser les conditions de garantie proposées par les sociétés d’assurance.

La durée d’emprunt : doit être déterminée en fonction des ressources financières du client.

Le taux effectif global (TEG) : évalue sous la forme d’un pourcentage le coût réel d’un crédit.

Le coût total du crédit : c’est la somme totale des intérêts versés.

Comment choisir son livret d’épargne ?

Comment ça fonctionne ? C’est très simple, un livret d’épargne est un compte rémunéré pour lequel, l’argent que vous y placez, vous rapporte des intérêts.

On trouve 2 catégories de livrets d’épargne :

  • Les livrets réglementés et gérés par l’Etat
  • Les livrets dirigés par les banques elles-mêmes

Les démarches à suivre pour ouvrir son livret d’épargne 

Souscrire est également très simple, et sans obligation d’engagement.

Il vous sera alors demandé :

  • Une pièce d’identité
  • Un RIB
  • Un justificatif de domicile récent.
  • Parfois un versement minimum.
  • L’accord du tuteur légal, pour l’ouverture d’un livret pour mineur.

 

Les banques en ligne proposent de recevoir les informations et contrats par courrier pour prendre le temps de choisir le livret d’épargne qui vous convient. Il est important de prendre en compte sa situation financière et sa stratégie d’épargne pour effectuer son choix.

N’oubliez pas que l’essentiel est qu’il vous rapporte le plus !

Estimez les intérêts de votre épargne !

La plupart du temps, les taux d’intérêts sont calculés sur un an. Ils sont versés à la fin du mois de décembre.

Pour calculer les intérêts, il faut savoir que les versements sont pris en compte à partir du 1er jour de la quinzaine suivante et que les retraits, sont établis à partir du dernier jour de la quinzaine antérieure.

Cependant, certains livrets peuvent proposer un calcul des intérêts au jour le jour.

Pourquoi favoriser les livrets d’épargne réglementés ?

Les livrets d’épargne réglementés sont nombreux et sont gérés par l’Etat. Ils sont alors, dispensés d’impôts. Néanmoins, ils regroupent des contraintes, comme des obligations de plafonds ou d’une durée d’épargne.

Livret A :

  • Taux de rémunération de 1% (de moins en moins rentable)
  • Plafond de 22 950€

Livret d’épargne populaire :

  • Taux de rémunération de 1,5%
  • Plafond de 7 700€

Plan épargne logement

  • Taux de rémunération de 2%
  • Plafond de 61 200€

Compte épargne logement :

  • Taux de rémunération de 0,75%
  • Plafond de 15 300€

Confronter les livrets d’épargne avec internet

Les livrets réglementés proposent la même offre dans tous les établissements bancaires c’est donc simple de s’y retrouver. Cependant les livrets non réglementés sont nombreux.

Le plus complexe sont les changements de produits bancaires d’une banque à l’autre.

Les taux, les frais, les sommes minimums demandées à l’entrée, la présence ou non d’un plafond, l’opportunité de tout contrôler en ligne sont des critères à prendre en compte.

Les Super livrets viennent perturber la comparaison des livrets d’épargne par leurs propositions de taux promotionnels attractifs, applicables sur une courte période. Pas toujours facile, donc de calculer combien rapporte donc un livret sur une année.

Il faut également savoir distinguer le taux brut du taux net.

Utile de se référer à un comparateur de livret en ligne pour faciliter son choix !